Nihilisme et philosophie de la vie

Nihilisme et philosophie de la vie

Une étrange connivence dans l'oeuvre de Michel Henry
Hugues Dusausoit
Presses universitaires de Namur | Philosophie


La philosophie de Michel Henry doit constamment faire face à un paradoxe, elle se présente comme une philosophie de la vie tout en considérant que, en ce qui concerne la vie, « la philosophie vient toujours trop tard ». Henry est le premier à reconnaître à ce sujet des « difficultés extraordinaires » mais, bien qu'elles questionnent l’essence même de son projet philosophique, ces difficultés sont simplement esquivées ou le moment d’y répondre remis à plus tard ; « si toutefois il y a une réponse », comme il semble parfois lui-même en douter.

À partir d’une relecture systématique de son oeuvre, l’étude proposée ici révèle pourtant que le seul respect des prescriptions de la philosophie henrienne impose une réponse, une réponse dont Henry était conscient mais qu’il a préféré ne jamais assumer. La présentation de cette réponse suffira à dire pourquoi.

Docteur en philosophie de l’Université de Namur, Hugues Dusausoit mène ses recherches sur la critique de la représentation dans la philosophie contemporaine, et notamment dans la phénoménologie de Michel Henry.

Publier un commentaire sur cet ouvrage
 
Votre e-mail :
Votre nom :
Commentaire :
 



Nous Vous Suggérons Aussi

Littérature et totalitarisme I
Ecrire pour témoigner

Collection

Philosophie

Sujets

Philosophie