Homo ludens en la Revolución

Homo ludens en la Revolución

Una lectura de Nellie Campobello
Presses universitaires de Namur | Langues et littératures


Ce livre propose une lecture de l'oeuvre de Nellie Campobello (1900-1986) à partir des théories du jeu, et plus particulièrement de l’ouvrage Homo ludens (1938) de Johan Huizinga. Les trois textes que l’auteure a écrit à la première personne constituent l’axe principal de l’analyse: Cartucho (1931), Las manos de mamá (1937) et le « Prólogo » autobiographique par lequel elle introduit ses œuvres complètes publiées en 1960. Le livre s’intéresse également aux poèmes écrits au début et à la fin de sa carrière littéraire, au livre qu’elle a publié sur les campagnes de Pancho Villa, ainsi qu’à l’essai rédigé avec sa soeur Gloria sur les Ritmos indígenas de México. Enfin, une deuxième lecture de Cartucho est proposée à partir d’une série de recours stylistiques, qui peuvent être qualifiés de primitivistes, et qui permettent de présenter Campobello comme une précurseure du Rulfo de Pedro Páramo.




Nous Vous Suggérons Aussi

Collection

Langues et littératures