Presses universitaires Namur

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993100246460
Généalogie fantastique de Gérard de Nerval
Titre Généalogie fantastique de Gérard de Nerval
Sous-titre Transcription et commentaire du manuscrit autographe
Édition Première édition
Partie du titre Etudes nervaliennes et romantiques n°14
Auteur Sylvie Lécuyer
Éditeur Presses universitaires de Namur
BISAC Classifications thématiques ART000000 ART
LAN000000 LANGUAGE ARTS & DISCIPLINES
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
Date de première publication du titre 15 mars 2011


Support Livre broché
Nb de pages CXXV - 408 p.
ISBN-10 2870377002
ISBN-13 9782870377000
Référence 978-2-87037-700-0
Date de publication 15 mars 2011
Pages chiffres romains 125
Nombre de pages de contenu principal 408
Format 19 x 26 x 0,8 cm
Poids 267 gr
Prix 45,00 €
 

Description

Le fonds Spoelberch de Lovenjoul de la Bibliothèque de l'Institut de France conserve, de la main de Gérard de Nerval, un document extraordinaire, que l'on a appelé Généalogie fantastique, ou même délirante, et que l'on pourrait mieux qualifier de rêveuse, au sens où dans le cadre essentiellement intime d'un feuillet destiné à un usage personnel, donc libre de toute censure, la rêverie opère un véritable travail psychique sur soi, en vue de métamorphoser des origines reconnues authentiques, mais vécues comme frappées d'inconsistance. Contemporaine de la crise de délire de février-mars 1841, la Généalogie témoigne de l'angoisse de Nerval à l'égard de ses origines, structurellement liée, bien sûr, à l’histoire familiale, mort de sa mère en 1810 en lointaine Silésie, rapports conflictuels avec le Docteur Labrunie, mais conjoncturellement aggravée par les événements de l’hiver 1839 à Vienne, puis de décembre 1840 à Bruxelles. De retour de Bruxelles, alors qu’il vient d’achever son travail sur le second Faust de Goethe, Nerval va entreprendre lui aussi sa descente chez les Mères, dans une enquête sur son propre nom : "Qui osera nommer l’enfant de son nom véritable ?" Au cœur le la page sillonnée de traits plus ou moins appuyés délimitant les secteurs de l’enquête, mais reliant aussi les différentes sections entre elles, comme une tentative de retrouver au-delà du multiple et du proliférant l’unité perdue du moi, l’arbre se dresse, grossièrement griffonné. C’est autour de lui que Nerval va opérer la métamorphose identitaire de sa double ascendance, par la déconstruction des origines réelles pour jeter les bases des origines mythiques. Nous tentons ici de suivre sa main remplissant progressivement le double feuillet, pour en comprendre le fonctionnement.