Presses universitaires Namur

http://www.pun.be/fr/livre/?GCOI=99993104780790
Eléments d'éthique périnatale
Titre Eléments d'éthique périnatale
Sous-titre De l'obstétrique à la réanimation
Édition Première édition
Partie du titre Épistémologie et éthique du vivant n°4
Auteurs Laurent Ravez, Chantal Tilmans-Cabiaux, Joseph Duchêne
Éditeur Presses universitaires de Namur
BISAC Classifications thématiques SOC000000 SOCIAL SCIENCE
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
Date de première publication du titre 2004


Support Livre broché
Nb de pages 288 p.
ISBN-10 2870374615
ISBN-13 9782870374610
Référence 2870374615
Année de publication 2004
Nombre de pages de contenu principal 288
Format 15,5 x 23,5 x 17 cm
Poids 430 gr
 

Description

D'un côté de la table de discussion : l’obstétrique sollicitée d’une manière de plus en plus pressante pour repérer chez les fœtus la moindre anomalie et souvent amenée à interrompre la grossesse lorsque le problème médical est avéré ou même suspecté. De l’autre côté de la table, la pédiatrie qui se fait un devoir de faire vivre des grands prématurés dont certains garderont des séquelles et devront vivre avec un handicap majeur. Voilà donc un des principaux paradoxes de la médecine périnatale : d’un côté des interruptions médicales de grossesse pratiquées tardivement sur des fœtus arrivés au 3ème trimestre de la grossesse et, de l’autre côté, des réanimations néonatales pratiquées précocement sur des nouveau-nés de plus en plus prématurés. Face à un tel paradoxe, des professionnels de la naissance en viennent immanquablement à se poser une question centrale en éthique des soins de santé : « Quel est le sens de ce que nous faisons ? ».
Cet ouvrage est le fruit de deux années d’échanges autour de ce questionnement. Des praticiens (obstétrique, réanimation néonatale, soins infirmiers, psychologie clinique) et des chercheurs issus d’horizons différents (droit, psychanalyse et philosophie) se sont réunis, ont pris la parole et ont joué la carte de l’interdisciplinarité pour articuler les enjeux sociaux de ce qu’ils considèrent comme un problème majeur dans l’univers médical contemporain.
Il fallait bien sûr explorer et expliquer la rupture que représente l’événement de la naissance, mais sans pour autant perdre de vue la profonde continuité d’histoire, de vécu psychique et de finalité de soins qui unit le fœtus et le nouveau-né. Nous avons dès lors, dans le respect des positions idéologiques de chacun, suivi la trace de cette continuité, en montrant la nécessité de construire une éthique périnatale qui, au- delà de la loi positive, tienne compte au mieux de la souffrance des personnes concernées par l’existence de ces tout-petits fragiles.
Une telle démarche, à la fois pratique et théorique, ancrée dans les situations singulières, mais tentant de dégager une interrogation plus large, s’inscrit parfaitement dans l’horizon de l’éthique clinique. Les questions soulevées par la médecine périnatale interrogent en effet la médecine tout entière : Que fait-on de la souffrance des plus fragiles ? Comment respecter l’autonomie des patients tout en tenant compte de leur détresse ? La médecine est-elle au service du bien commun ou au service des volontés individuelles ?