Presses universitaires Namur

http://pun.be/fr/livre/?GCOI=99993104928830
La Médecine, autrement !
Titre La Médecine, autrement !
Sous-titre Pour une éthique de la subjectivité médicale
Édition Première édition
Partie du titre Épistémologie et éthique du vivant n°7
Auteurs Laurent Ravez, Chantal Tilmans-Cabiaux
Éditeur Presses universitaires de Namur
BISAC Classifications thématiques SOC000000 SOCIAL SCIENCE
Public visé 06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 ) 3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
Date de première publication du titre 01 janvier 2011


Support Livre broché
Nb de pages 347 p.
ISBN-10 9782870376843
ISBN-13 9782870376843
Date de publication 01 janvier 2011
Nombre de pages de contenu principal 347
Format 21 x 29,7 x 1,8 cm
Poids 886 gr
Prix 25,00 €
 

Description

La médecine et la subjectivité – celle du malade, mais aussi celle du soignant - ne forment pas le couple parfait dont on pourrait rêver. On se dispute, on se chamaille, on tempête, on s'accuse. Parfois même, on refuse le dialogue. Alors évidemment, entre ces deux là, le fossé se creuse. La médecine flirte avec l’objectivité des sciences dures à l’allure sérieuse et rassurante, et par vengeance ou par dépit, la subjectivité se console en se tournant vers des thérapies parallèles. Mais alors que cette guerre froide fait rage, il faut tout de même continuer à soigner des patients impatients, réclamant à la fois une attention sans faille pour leurs souffrances, mais aussi le secours efficace d’une médecine de pointe. Au-delà de courtes analyses théoriques qui visent d’abord à préciser les termes en présence, médecine et subjectivité, nous avons fait le choix de privilégier l’examen de pratiques professionnelles et de recherches de terrain. À chaque auteur contribuant à cet ouvrage, nous avons posé la même question: « Pouvez-vous nous montrer en quoi votre pratique ou votre recherche vous autorise à défendre la thèse qu’une "bonne médecine" est amenée à réintégrer dans son approche la subjectivité, du patient comme du professionnel de santé? ». Le titre que nous avons choisi: « La médecine, autrement! Pour une éthique de la subjectivité médicale » tente de rendre compte de ce contexte relationnel entre la médecine et la subjectivité. Le clinicien sait bien que sa pratique est essentiellement singulière, chaque patient étant particulier, unique en son genre et qu’il s’agit là précisément de l’essence même de l’éthique médicale. Doit-on pour autant basculer dans une médecine à la carte où chaque patient pourrait revendiquer sa différence et son droit à un traitement particulier? Qu’adviendrait-il alors de la prétention scientifique de la médecine? Construire une éthique de la subjectivité médicale consistera précisément à affronter ces questions en analysant les différentes facettes qui les constituent, en en montrant la complexité et les valeurs en jeu, et en suggérant quelques pistes possibles.